BLOG

Articles rédigés au service de Blasting News

1-Au sujet de François Fillon:

1-Au sujet de François Fillon:

http://fr.blastingnews.com/opinions/2017/01/fillon-catholique-traditionaliste-l-extreme-droite-s-infiltre-001363509.html

2-Au sujet du discours des vœux de M. Le Prés...

NOUVEL ARTICLE DE MA REDACTION

http://fr.blastingnews.com/societe/2016/12/affaire-jacqueline-sauvage-grace-presidentielle-mais-pas-encore-amnistie-001353693.html

http://fr.blastingnews.com/societe/2016/12/arbre-de-noel-du-dal-avis-de-requisitions-des-logements-vides-001353147.html

http://fr.blastingnews.com/societe/2016/12/arbre-de-noel-du-dal-avis-de-requisitions-des-logements-vides-001353147.html

18/06/2016

http://bondyblog.liberation.fr/201606180001/interdits-de-manif/#.V2TM7_mLTIU

Suite aux dernières manifestations, le Président de la République François Hollande, a annoncé qu’il n’y aurait plus d’autorisation de manifester si la préservation« des biens et des personnes...

18/05/2016

 EN PARTENARIAT AVEC 

  • BONDY BLOG

  • AMBIANCE

  • C'EST CHAUD

  • POLITIQUE

  • GARDE À VUE

  • BONDYMONDE

  • CULTURE

  • ECOLE DU BLOG

  • ELECTIONS 2014

  • QUI SOMMES NOUS ?

  • CONTACTEZ NOUS

"La police nous fait vivre un enfer"

"La police nous...

16/05/2016

http://bondyblog.liberation.fr/201605131200/fadi-yazigi-artiste-syrien-plus-aucune-realite-ne-peut-etre-vue/#.VzcbgPmLTIU

 

À l’occasion du Art Paris Art Fair, au Grand Palais, Guillaume a rencontré Fadi Yazigi. Ces sculptures ont évolué depuis la guerre, prenant d’autre...

02/05/2016

http://bondyblog.liberation.fr/201605021501/hollande-en-2012-avait-promis-de-taper-sur-la-finance-depuis-il-tape-sur-les-travailleurs/#.VydQkzCLTIU

14/04/2016

La Syrie 5 ans de guerre, exactions et sévices

Journée commémorative, Samedi 12 mars 2016

Paris

Samedi 13 mars 2016, de 17:00 à 19:30, s'est tenue à Paris entre la place du Bellay et la place de l'Hôtel de Ville, la cérémonie de commémoration de la cinquième année en Syri...

La Syrie 5 ans de guerre, exactions et sévices Journée commémorative, Samedi 12 mars 2016 Paris Samedi 13 mars 2016, de 17:00 à 19:30, s'est tenue à Paris entre la place du Bellay et la place de l'Hôtel de Ville, la cérémonie de commémoration de la cinquième année en Syrie de guerre. Les bombardements des civils, femmes, enfants, personnes âgées, indistinctement assassinés par des frappes à répétitions sous des barils remplis de TNT, des bombes à fragmentations, armes chimiques, gaz sarin, chlore. La Syrie détruite, mise à mort dans les geôles du gouvernement illégitime du dictateur Bachar El Assad, où le nombre de mort sous tortures est si élevé qu'il était déjà chiffré en 2013 à plus de 13000, continuellement aggravé jour après jour par la junte en place de ses bourreaux dévastatrice des libertés. Les femmes sont violées, les enfants mineurs de moins de douze ans tombent enceintes et voient le calvaire de la torture se poursuivre. Les adolescents meurent par émasculation, terme de jours de souffrances. Les islamistes libérés des prisons d'état par la gouvernance de Bachar El Assad sont instrumentalisés contre les différents groupes du peuple en quête de ses droits, et justifier les alliances corollaires. En cinq années de guerre la Syrie s'est endeuillée de plus de 260000 morts. Le peuple syrien en 2011 avait seulement scandé dans plusieurs de ses villes, Der'â, Hama, Homs, Lattaquié... "Allez, Allez Bachar, Allez dégage Bachar" avant de subir les violences destructrices organisées par son dictateur héréditaire Bachar El Assad, successeur anticonstitutionnel de son père Hafez El Assad, à la tête de l'oligarchie alaouite verrouillant le pouvoir depuis plus de quarante ans. La commémoration a commencé par la lecture du texte de Emmanuel Wallon publié dans Libération le 22 février 2016, ce dernier dans son propos évoque la similitude d'état d'urgence humaine et de détresse en comparant la situation d'Alep avec Sebrenica en Serbie, synonyme de menaces d'épuration ethnique. Toutefois, malgré son écrit où "il est clair que les personnes qui s'accumulent aux frontières ne se contenteront pas d'être réfugiées [et de] de transformer [leur malheur] en haine qui se retournera contre les spectateurs". E.Wallon a expliqué son sens en tant que "les camps de réfugiés, la frustration sont les conditions de levier [que peuvent] utiliser les ["rabatteurs"] du jihadisme". Le directeur de l'Aleppo Media Center, Yousef Sedik s'est inscrit en faux contre cette discrimination considérant "qu'il n'y a pas de terroristes parmi les populations déplacées". Il semble évident que les premières réflexions à leur égard sont le devoir des pays en paix de recueillir ces enfants, femmes, hommes, personnes âgées, terrorisés, désespérés, blessés, abandonnés de tous, orphelins pour leur permettre d'échapper à leur état de détresse inhumaine, à la catastrophe humanitaire. Emmanuel Wallon est allé plus avant dans ses exigences, écrites, "de la levée de tous les sièges", exprimant, samedi 12 mars 2016, à Alep "les russes indirectement peuvent fermer la route à la frontière en s'alliant avec les kurdes, serrer le siège, et empêcher les ravitaillements", ajoutant, pour la Russie "la trêve sert leur posture diplomatique, mais ils peuvent saisir n'importe quel prétexte pour reprendre leurs bombardements". Mardi 22 mars 2016 les informations sur les ondes (France Culture) apprennent que les forces militaires russes poursuivent leurs bombardements en Syrie. A la suite a été donné l'oratorio de Marcel Bozonet, ancien administrateur de la Comédie Française, Jamais mon cœur n'a retiré sa bienveillance à la ville d'Alep, le chœur et les musiciens chantant sur la musique de Richard Dubelski l'esprit et l'âme d 'Alep: "Nous avons abattu les prisons, la faim et les souffrances nous ont rendus égaux/ Heureux si je meurs aujourd'hui, j'ai connu la liberté". Le cortège de 400 personnes environ s'est ensuite mis en marche par les rues Aubry Le Boucher, Saint Martin, Rambuteau, Beaubourg, les drapeaux syriens dressés, et aux slogans "Bachar dégage", "Liberté", "Bachar assassin, Poutine complice", "Liberté, démocratie en Syrie", "Halte au massacre en Syrie", "Vive la lutte du peuple syrien", "le peuple veut la chute du régime", rappelant les premières heures d'opposition ouverte en Syrie, le soulèvement populaire, l'aspiration aux libertés, la modération qui animent toujours et pour toujours le peuple syrien. Les manifestants bruissant des murmures dénonçant que pendant ce temps le peuple syrien est assassiné. Sur la place de l'Hôtel de Ville de Paris, la mairie de la ville a mis au service de la commémoration une tribune. Michel Morzière de l'association Revivre prend le premier la parole et rappelle que sur une population initiale de 23 millions d'habitants, 25% souffrent de la faim, plus de 10 millions sont déplacés, des milliers ont disparu. Il a également appelé à célébrer les héros syriens tels l'organisation des White Helmets, les Casques Blancs, sauvant tous les jours les victimes des bombardements criminels des décombres, les enfants du peuple syrien. La candidature de cette organisation a été présentée au comité du Prix Nobel de la Paix. Le maire adjoint chargé des relations internationales Patrick Klugman représentant a asséné "ce qui s'est passé en Syrie, ce qui s'est passé à Alep est une honte", remerciant le peuple syrien "merci d'être là, merci de continuer, et merci de continuer d'être ce que vous êtes un peuple libre et démocrate". La journaliste Edith Bouvier a mis l'accent sur cette grandeur du peuple syrien, disant "heureusement il y a des syriens qui continuent de porter la voie de la liberté en Syrie". Les mots du Président de la République François Hollande lors de son discours du 12 mars 2016 à l'issue de la rencontre des dirigeants sociaux-démocrates européens ont été rapportés appelant "l'Europe à être au rendez-vous" et donc à l'impératif de l'existence de l'Europe politique, "rendez-vous" pour trouver une résolution au conflit qui dévaste la Syrie. Michèle Morzière a exhorté les dirigeants de nos démocraties "élus sur le serment de ne plus jamais laissé se produire un crime contre l'humanité". En hommage aux droits, libertés fondamentales, expression de la voix du peuple syrien et son engagement pour son avenir, les journalistes du collectif des journalistes d'Alep ont parlé. Du même élan ils ont dénoncé "l'oppression, la violence au quotidien" et exprimé l'espoir " de voir la chute de cette dictature sanguinaire". Confiants, ils ont appelé de leur cœur : "le peuple syrien a besoin de vous".

14/04/2016

Please reload

À l'affiche

PRESSBOOK

26/12/2017

1/1
Please reload

Posts récents

26/12/2017

Please reload

Par tags

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Nous suivre
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic
  • LinkedIn Social Icône
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • c-youtube

ME SUIVRE

Montbobier Guillaume